jeudi 28 juin 2012

"LEtrange voyage de Monsieur Daldry" de Marc Levy

  
 Editions Pocket
352 pages

Cadeau de fête des mamans :)


« L’homme qui va le plus compter dans ta vie vient de passer dans ton dos. Pour le retrouver, tu devras entreprendre un long voyage et rencontrer les six personnes qui te mèneront jusqu’à lui… Il y a deux vies en toi, Alice. Celle que tu connais et une autre, qui t’attend depuis longtemps. »

Londres, 1950

Alice mène une existence tranquille, entre son travail, qui la passionne, et sa bande d’amis, tous artistes à leurs heures. Pourtant, la veille de Noël, sa vie va être bouleversée. Au cours d’une virée à la fête foraine de Brighton, une voyante lui prédit un mystérieux avenir. Alice n’a jamais cru à la voyance, mais elle n’arrive pas à chasser ces paroles de son esprit, et ses nuits se peuplent de cauchemars qui semblent aussi réels qu’incompréhensibles. Son voisin de palier, Monsieur Daldry, célibataire endurci, gentleman excentrique et drôle, aux motivations ambiguës, la persuade de prendre au sérieux la prédiction de la voyante et de retrouver les six personnes qui la mèneront vers son destin. De Londres à Istanbul, il décide de l’accompagner dans un étrange voyage…


Note de Sybelline
 8
 / 10


Quel beau voyage, cela donne envie de visiter Istanbul.

Quel personnage ce Monsieur Daldry, homme solitaire, attentionné,élégant et cultivé - avec tout pleins de défauts qui lui vont bien !

Alice est émouvante, intrépide, sentimentale, tétue et curieuse, tous les traits de caractère d'une héroine de roman.
Le Bosphore, Istambul, Turquie.

Une amitié qui se créé à Londres et dans les rues d'istanbul, à la recherche du passé et de l'amour...
Ce roman m'a transportée dans des contrées lointaines.

Une femme, Alice, va y découvrir bien des choses sur elle même. Monsieur Daldry également.
Ils vont apprendre l'un de l'autre à travers leurs rencontres.

J'ai aimé les descriptifs odorants, toute la magie des odeurs perçues par Alice... "se faire mener par le bout du nez" est ce que cela ne viendrait pas de là ? lol. Mais est-ce Alice ou Daldry qui nous emporte si loin ?




Ce livre m'a ému, j'ai pleuré plusieurs fois. Merci Monsieur Levy. MA-GNI-FI-QUE !

Seul hic : Je n'aurais pas fait cette fin là pour ma part :) Je me dis que cette fin ne fâche personne mais bon... Pas grave, j'ai une fin alternative plus plausible que je garde pour moi :)



D'autres avis :



Challenges 2012

jeudi 21 juin 2012

"Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part" de Anna Gavalda


Editions J'ai lu
156 pages





Les personnages de ces douze nouvelles sont pleins d'espoirs futiles, ou de désespoir grave. Ils ne cherchent pas à changer le monde. Quoi qu'il leur arrive, ils n'ont rien à prouver. Ils ne sont pas héroïques. Simplement humains. On les croise tous les jours sans leur prêter attention, sans se rendre compte de la charge d'émotion qu'ils transportent et que révèle tout à coup la plume si juste d'Anna Gavalda. En pointant sur eux ce projecteur, elle éclaire par ricochet nos propres existences.
Note de Sybelline
 2 / 10




Livre fini ce jour... Je vais être rapide sur ce livre, je n'ai pas spécialement accroché...
J'ai lu sur le style d'Anna Gavalda "trop simpliste voire vulgaire" > je suis assez d'accord sur cela.
Je n'aime pas sa façon d'interpeller le lecteur, l'impression qu'elle pense qu'on ne la comprends pas ou qu'on pense mal, même si c'est sur le ton de l'humour.

Beaucoup de clichés même si les fins bien souvent surprenantes ! C'est parfois très glauque aussi.
Bon ! Il faudra que j'essaye un autre ouvrage de Mme Gavalda, un roman cette fois ci, cela peut être différent ?


L'avis de nos blogs partenaires




Challenges 2012

dimanche 17 juin 2012

"Rainbow pour Rimbaud" de Jean teulé



 Editions Pocket
204 pages

On n'est pas sérieux quand on a 36 ans, une queue-de-cheval rouge, une taille de géant et une armoire pour couche de prédilection. Robert vit à Charleville-Mézières, chez ses parents. Comme d'autres connaissent toutes les paroles de leur chanteur préféré, Robert sait tout Rimbaud. Par cœur. Isabelle, standardiste à la SNCF, ne sait encore rien de Rimbaud, rien de l'amour, ni rien du monde. Un doux colosse nominé Robert, échappé de Charleville, les lui révélera.

Entre Le Caire, l'île Maurice, Dakar et Tarrafal, ces deux-là brûleront d'amour et de poésie. Vagabonds célestes, amants absolus, ils laissent à jamais sur le sable et sur les âmes la trace de leurs semelles de vent. Enfin, leur odyssée sublime confirmera le mot du poète, tatoué sous le nez même de Robert : je est un autre... Je est Rimbaud.

Note de Sybelline8 / 10





La lecture a bien commencée, j'ai ri en lisant les premières lignes. Et j'ai tellement retrouvé des "repères familiers"... Pas les miens, je dois dire ici que j'ai un frère qui a vécu chez mes parents jusqu'à l'age de 34 ans... Je me doute de l'enfer que cela a dû être pour lui et je comprends Robert... Mon frère pourrait mieux que tous comprendre Robert !

J'ai donc très bien compris pourquoi ce grand garçon de 36 ans se réfugie dans son armoire-bâteau et dans les écrits de Rimbaud ! Que c'est dur d'être un adulte à une place d'enfant, ne pas avoir pas quitter le domicile familial, n'avoir pas pris son envol, de n'avoir pas vécu sa prore vie...

Cet extrait est révélateur :
"Le père de Robert ne comprends pas. Le père de Robert dit :
- Mon fils est un con.
Où est sa place ? Au milieu de ses parents déçus et aigris, cet homme connaissant par coeur Rimbaud est "Comme un gamin entiché d'un chanteur, quoi ! A 36 ans." comme le dit si bien son père !

Un grand adolescent... avec certainement une puberté douloureuse, comme Rimbaud, il ne s'est pas insurgé contre l'autorité parentale, emprisonné dans ce corps hors norme (une queue de cheval rouge, 2m10)... il se réfugie dans son armoire-bateau... Il "vit" (survit) par procuration.

Son  aventure commence lorsque son père décide de mettre en morceaux cet armoire-refuge... Robert décide alors de quitter son quotidien, de quitter sa prison, de partir en voyage. Il appelle la sncf et tombe sur Isabelle qui a fort affaire avec son buisson d'aubépines installé sur son balcon...

Symbolisme de l'Aubépine : L'aubépine est la plante du cœur par excellence.
Ici elle est considérée comme dangereuse voir toxique...

Robert,  Je est Rimbaud ! Son voyage hors du domicile familial , une folie... C'est un enfant-adolescent à la découverte d'un monde qui lui est inconnu, Isabelle suit Robert dans cette quête d'identité, ou plutôt sur les  traces de Rimbaud = une fugue, une fuite... Robert découvre l'amour et le monde... Les illuminations de Robert en parallèle de celles de Rimbaud... Il est bien démuni face à tout cela , ses seuls repères : Rimbaud, son arme : la Pleiade !

Il y a eu un film de fait sur ce roman, je ne l'ai pas vu, ce site en parle

J'ai beaucoup aimé ce livre, j'aime beaucoup l'écriture de Jean Teulé, c'est le 2ème ouvrage de lui que je lis (j'ai lu "Mangez-le si vous voulez"). Adolescente, je lisais Rimbaud, pas comme le fait Robert : Arthur Rimbaud représente l'enfance perdue, l'enfant qui n'a pas réussi à trouver sa place d'adulte, l'homme qui a essayé de se trouver et qui s'est perdu... Un enfant qui ne voulait pas grandir, un rêveur déçu par la réalité, un spectateur de la vie ne sachant vivre celle-ci.


Les avis de nos blogs partenaires :



Challenges 2012

lundi 11 juin 2012

Auteurs : Richard Bessière, Maurice Limat

J'avais envie de vous parler de ces auteurs, ils sont importants pour moi, j'ai lu et aimé leurs romans de SF Anticipation que j'ai lu très jeune. 
Romans d'anticipation, Editions Fleuve Noir

Mon père, grand lecteur lorsqu'il était jeune, possédait des romans d'anticipation, éditions Fleuve Noir, rangés dans des caisses entreprosées au grenier... avec mon frère, on avait nos auteurs favoris : Richard Bessière et Maurice Limat, on se battait pour les trouver et les lire avant l'autre.

MAURICE LIMAT
1914-2002
Ecrivain français de SF, de policiers et d'espionnage.

RICHARD BESSIERE
1927-2011
Ecrivain frnçais de Sf , de romans d'espionnage, esothérique et historique.
Richard Bessière est un écrivain anti-machiste, un sage qui se révolte contre les abus de
 toutes sortes et toutes les idées qui peuvent porter atteinte à l'espèce humaine et son avenir.

"1973... et la suite" de Richard Bessière
Anticipation n°555 (FLEUVE NOIR)
Edition de 1973 (année de ma naissance... lol)
Lorsque Jean Durand accepte, en 1973, d'effectuer un voyage qui va le conduire en 2073, il ne se doute évidemment pas de ce qui l'attend. En effet, depuis cent ans, la civilisation a dû faire de sérieux pas en avant. Eh bien non, le progrès s'est révélé néfaste. Les humains vivent parqués, de part et d'autre d'un gigantesque mur qui sépare l'Est de l'Ouest, et cent milliards d'individus se trouvent de chaque côté de ce mur. Aucun contact n'est possible, et cependant, notre héros va percer le mystère. II va trouver de l'autre côté du mur une vie absolument différente de ce que l'on pense généralement. Mais le progrès est là, toujours là, impitoyablement là. Et, bien sûr, si tout rentre finalement dans l'ordre, ce n'est peut-être pas pour bien longtemps...
Ce petit livre m'avait à l'époque beaucoup fait rire :) avec les "chatouillettes' si je me souviens bien. Pleins de trucs loufoques dans ce petit livre qui se lit très vite.

Je me souviens aussi d'un roman SF Fleuve noir où un homme se retrouvait dans un monde parallele, je me souviens de sa ceinture qui lui permettait de voler (ah ça m'a fait réver cela) , dans ce monde parallèle le temps passait + vite, il ne fallait pas qu'il y reste longtemps car sinon il se retrouverait vieillard à son retour. Il arrivait sur un quai fait d'un metal froid et il y a avait une ville avec personne, les gens avaient fui..
Arg je ne me souviens plus ni du titre, ni de l'auteur. Il faut dire qu'il y a longtemps...

vendredi 8 juin 2012

"Journal d'un ange gardien" de Carolyn Jess Cooke


Enfin.. J'ai terminé de lire ce roman ce jour, un entretien profesionnel 
> temps à tuer dans le train :)


Editions JC Lattès
378 pages

Margot Delacroix est morte depuis peu lorsqu’elle se trouve réincarnée en tant qu’ange gardien. Désormais appelée Ruth, elle est chargée de veiller sur elle-même, enfin sur Margot, qui reprend dès le début la vie que Ruth vient de quitter. Pour ce faire, elle sera devra s’en tenir aux quatre champs d’action des anges gardiens : observer, protéger, consigner et aimer. Ruth peut influer sur les choix de Margot, mais doit toujours respecter les limites du libre arbitre. La vie de Margot, qui se déroule voire se répète, est difficile, parsemée de mauvaises décisions. Heureusement, Ruth est toujours prête à voler à son secours, lui soufflant des suggestions qui seront tantôt suivies, tantôt ignorées. Ruth a surtout envie de comprendre ce que son fils – ou plutôt, le fils de Margot – a fait pour se retrouver en prison pour meurtre. Elle y voit l’occasion de s’impliquer au maximum, mais à grand frais…


L'auteure


Journal d’un ange gardien est le premier roman de Caroline Jess-Cooke,
irlandaise qui vit en Angleterre.


Note de Sybelline
 
7 / 10

J'ai appréciée cette lecture, livre agréable à lire de part son format (presque un poche, un peu plus grand seulement), ses pages très blanches et son écriture fluide.


Entre "C'est pas le pied !"  de Melena Moser et ce roman, je suis en plein dans les fantômes/anges-gardien, ces personnes mortes qui veillent sur les vivants. Ils sont attachants dans leur quête du meilleur, intéressants car ils mettent en lumière les parties obscures, ils essayent de guider ceux qu'ils aiment.

Dans ce roman, Ruth est l'ange-gardien de Margot, elle-même, nous suivons son parcours initiatique d'ange-gardien, Nandita (nan) la guidant, elle découvre peu à peu son rôle et les limites de celui-ci, au fil de ses rencontres avec d'autres anges-gardiens, humains et démons, elle change et comprend peu à peu sa vie, ses actes, ses choix et leurs conséquences.

Cette femme m'a émue, son désir d'influer sur sa vie, sur la vie des autres, de changer les mauvaises choses, découvrant les zones d'ombres de son existence, apprenant à s'aimer et à se protéger ... La tâche n'est pas facile car elle doit revivre les pires moments de sa vie : les maltraitances de son enfance, son alcoolisme, sa séparation... Changer les choses, au risque de se perdre et de perdre les gens qui l'aiment et qu'elle aime ?

Une jolie histoire. Ce livre m'a émue.

Challenges 2012