vendredi 31 août 2012

"Le mystérieux bébé du Titanic" de Joëlle Quentin-Doucet


  Editions Pocket
666 pages


14 avril 1912. Perdu dans les glaces, au son des violons, le gigantesque paquebot sombre. Parmi les rescapés : un nourrisson, sauvé dans la panique par une aristocrate russe.
Vingt-quatre ans plus tard, de sa mère mourante, Tania apprend le bouleversant secret familial. Commence alors, pour elle, une trépidante et émouvante quête identitaire sur les traces des rares survivants de ce mythique naufrage, de Grande-Bretagne à l'Irlande en passant par l'Allemagne nazie, dans une Europe en pleine ébullition, au bord de l'abîme.

L'auteure


Danseuse, comédienne, comme beaucoup d'artistes, son parcours est jalonné de nombreux chemins de traverse : animation, secrétariat de production, journalisme, etc. C'est le théâtre qui, tout naturellement, lui fait franchir une nouvelle étape avec sa première pièce, Les Épurables (2000), dont elle est auteur, interprète et metteur en scène. Férue d'Histoire, qu'elle respecte scrupuleusement, elle a depuis écrit trois romans : J'avais 18 ans à Omaha Beach (Éditions Bertout, 2003), Prix Guy de Maupassant de l'académie des Belles Lettres et des Beaux-Arts de Haute-Normandie ; Le mystérieux bébé du Titanic (Cheminements, 2006), Prix du roman Lahssen Éoukich 2006 de la ville d'Étretat ; Femmes dans la tourmente de l'an II (ABM éditions, 2011), roman très documenté nous plongeant dans la folie qui s'est abattue sur de nombreuses familles durant la pire période de la Terreur.


Note de Sybelline
 
7 / 10


Il y a 100 ans que le Titanic a coulé, le 14 avril 1912... 1500 mort !





Moi qui aime beaucoup le film de James Cameroun 'Titanic' :) là j'ai beaucoup aimé me replonger dans cette ambiance merveilleuse et tragique.



Livre agréable à lire, une ballade dans le New-York des années 30-40 bien sympathique, au sein d'un club jazzy, Londres, L'Irlande, l'Allemagne nazi, durant l'entre 2 guerres... Une enquête passionnante... De par les témoignages des rescapés, la lectures des rapports du Titanic... Très bien fait vraiment. Que de rencontres, de rebondissements...

Les rapports tendus de Tania,  avec son charmant détective d'aviateur, Spady, séducteur déroutant même si parfois l'auteure s'attarde trop sur les détails de leurs liens grandissants...  ce qui fait traîner l'enquête et la découverte de la vérité...

N'oublions pas le Titanic, la folie d'hommes se croyant " + fort que la mer" et n'oublions pas les horreurs du nazisme.
Challenges 2012

samedi 11 août 2012

"Cet été-là" de Véronique Olmi

Lecture en cours !
Livre de poche
250 pages


Comme chaque année, trois couples d'amis passent le 14 Juillet au bord de la mer, en Normandie. C'est un rite immuable et léger. Une parenthèse joyeuse. Cet été-là, pourtant, un adolescent inconnu surgit et s'immisce dans leur petit groupe pour raviver, peut-être malgré lui, des culpabilités anciennes, des blessures, des secrets. En quelques jours, le destin de ces êtres va basculer.

Cet été-là est un roman sur la fragilité des existences que l'on voudrait heureuses - mais dont les failles se creusent au rythme des mensonges et des compromis. C'est un roman vrai sur la solitude, lorsque le temps a passé, lorsque la lucidité a remplacé l'insouciance, et les doutes la jeunesse. Etre un homme. Etre une femme. Sait-on seulement ce que c'est ? Et comment l'on y parvient ?

L'auteure
 
Née en 1962, Véronique Olmi écrit pour le théâtre depuis plus de dix ans. Elle fut particulièrement remarquée en 1998 à l'occasion de la création de Chaos debout par Jacques Lassalle au Festival d'Avignon. Le public découvre ensuite Point à la ligne, mise en scène par Philippe Adrien au Vieux Colombier, Le Passage mise en scène par Brigitte Jaques-Wajeman au théâtre Vidy Lausanne et aux Abbesses, Le jardin des Apparences, mise en scène par Gildas Bourdet à La Criée et au théâtre Hébertot, (nomination du " meilleur auteur" aux Molières 2002. Molière du meilleur acteur pour Jean-Paul Roussillon), et Mathilde, avec Pierre arditi et Ariane Ascaride, au théâtre du Rond-Point.
Véronique Olmi a publié un recueil de nouvelles : Privée (Editions de l'Arche et Actes Sud Babel)), et plusieurs romans : Bord de mer ; Numéro Six ; Un si bel avenir (Editions Actes Sud).
Elle a dirigé durant trois ans le comité de lecture du Théâtre du Rond-Point.
Elle a produit et animé une émission sur France-Culture " C'est entendu ! "
Ses pièces et ses romans, plusieurs fois récompensés par des prix, sont traduits en douze langues.
Note de Sybelline
 5 
/ 10



J'avais aimé "Le premier amour" du même auteur. J'aime sa façon d'écrire, ses mots si justes, sa façon mettre des mots sur les doutes, les souffrances, les désirs, les regrets...

Même si cette histoire d'amis de longue date qui se retrouvent lors des vacances me rappelle plusieurs films...J'ai aimé l'ambiance moite, les moments de confidences, de doutes... Ces personnes qui se remettent en question - ou pas.  

J'aurais préféré une suite à cette fin même si quelque part cela nous permets d'imaginer ce qui se passeras peut-être...

Pas un coup de coeur, juste une livre bien écrit et agréable à lire.


D'autres avis :


Challenges 2012

lundi 6 août 2012

"Sentiment 26" de Gemma Malley


Lecture en cours !
Editions Michel Lafon
317 pages
Saga The Killables (n°1)


Je remercie eklablog pour ce livre voyageur.


2065. Après une guerre qui a plongé le monde dans le chaos, le Guide Suprême a pris le commandement de la dernière Cité. Ce refuge, ceinturé d’une muraille fortifiée, est organisé en différentes castes : de A à D, des citoyens Admirables aux citoyens Déviants. Pour préserver l’harmonie, tous ont subi une lobotomie. C’est la garantie qu’ils n’agiront jamais contre le Système et respecteront les Sentiments, le livre qui régit leur moralité. Et surtout qu’ils ne s’aventureront pas hors de l’enceinte, chez les Damnés – ces odieuses créatures qui hantent la nuit de leurs cris inhumains… Evie, 16 ans, une B, travaille pour le gouvernement et étiquette d’une lettre, jour après jour, l’ensemble des habitants. Promise à Lucas, être froid et distant, parfait A et futur haut dirigeant, elle est en fait amoureuse de son frère Raffy, infréquentable D. Et quand le Système lui ordonne de bannir Raffy sur les terres des Damnés, elle refuse de s’exécuter. Elle trouve un soutien inattendu en la personne de Lucas. Auront-ils la force de s’opposer, ensemble, à la Cité ?


L'auteure

Après des études de philosophie, Gemma Malley devient journaliste. Elle décide de se consacrer à l'écriture et publie son premier roman, 'La Déclaration', en 2007. Ce premier ouvrage plonge le lecteur en Angleterre, en 2140, à la rencontre d'une jeune adolescente qui a tout oublié de son passé. Gemma Malley nous offre une vision crue des dérives de nos sociétés. Destiné aux jeunes adultes, ce premier roman est d'ores et déjà annoncé comme un succès.




Note de Sybelline
 
7 / 10


C'est la 1ère Dystopie  que je lis, et le 1er roman jeunesse. J'ai aimé, je l'ai lu en même pas 2 jours. C'est pas de la grande littérature coté style, cela se lit très bien et cela m'a happée, je n'ai pas pu m’arrêter de lire, je voulais lire le tout et savoir la fin. Je ne voulais pas lacher les personnages, ne pas les abandonner... tant qu'ils ne sont pas à l'abri.
La couverture est si belle...
Evie, si belle, si jeune, si pure, si naïve, si perdue...
Contrôler les sentiments des humains, tout comme dans le film "Equilibrium" où ils renient l'ancien monde et condamnent tout sentiment, en plus il est question de "prêtres" ! 
Le trio amoureux 2 frères qui aiment la même fille m'a fait pensé au DA "Georgie" :) 
Le coté "je t'aime moi non plus" de Raffy et Evie en victime de "ses" passions, la passion, l'amour impossible... Mouais ! lol !  J’ai dépassé largement l'age de l'adolescence alors ce doit être pour cela lol... J'ai tout de même lu ce livre avec tout la jeunesse que j'ai en moi, les personnages m'ont touchée !
Lucas est un personnage bien plus intéressant, en fait c'est lui le héros, c'est l'homme de l'ombre, celui qui agit en secret. Les amants maudits, centre de l'histoire sont jeunes et "fous"... C'est eux l'action !


Lecture agréable et prenante.

Je lirais la suite avec plaisir...
Il semblerait qu'il y ait un 2eme tome ?

vendredi 3 août 2012

"L'Ecole des saveurs" de Erica Bauermeister

Livre de poche 
251 pages

Merci Mylou pour cette savoureuse découverte :)



Un jour, la petite Lilian se lance un défi fou : si elle parvient à guérir sa mère de son chagrin en cuisinant, elle consacrera son existence à la gastronomie. La magie d'un chocolat chaud aux épices opère et, une vingtaine d'années plus tard, Lilian anime tous les premiers lundis du mois un atelier de cuisine dans son restaurant. L'École des saveurs réunit des élèves de tous horizons qui, de l'automne au printemps, vont partager des expériences culinaires, découvrir la force insoupçonnée des épices, capables par leur douceur ou leur piquant, d'éveiller des ardeurs inconnues et de guérir des peines anciennes...

Sensuel et savoureux, ce roman culinaire fait la part belle aux cinq sens, et dépeint avec justesse la passion et la patience de ceux qui comprennent le langage secret de la cuisine.


Définition "Saveur"
Du latin sapor « goût, saveur », racine issue de sapere, « avoir de la saveur » en parlant des choses, « avoir du goût, du discernement » en parlant des gens, et qui se retrouve dans savoir, savant, sage, etc.
Qualité qui est l’objet du goût, impression produite sur les organes du goût et de l’olfaction.
Qui a de la vivacité, du piquant


L'auteur :


Erica Bauermeister est née à Pasadena en Californie en 1959. Elle a longtemps enseigné la littérature et l’écriture à l’université de Washington, et a publié deux ouvrages consacrés à la littérature féminine. Son séjour au nord de l’Italie durant 2 ans avec sa famille lui a donné cet amour pour la « Dolce Vita » et la bonne chair. L’École des saveurs, son premier roman, a connu un succès considérable. Traduit dans une vingtaine de pays, il est resté plus de deux ans dans la liste des meilleures ventes aux États-Unis.
Elle vit actuellement à Seattle avec son mari et ses deux enfants, et dit à propos de son livre, qu’il parle « de nourriture et des gens, de cette façon de prendre les choses "sans grande importance" de la vie et de les rendre beaux ».

Note de Sybelline
 
7 / 10


Aider les gens par la cuisine, le partage qu'elle amène... Guérir par un bon plat, j'aime l'idée.

L'écriture mielleuse d'Erica Bauermeister est très agréable, je me suis régalée !
Moi qui aime cuisiner... c'est vrai que lorsqu'on cuisine, on le fait pour amener du bonheur, de la chaleur... pour que les convives se régalent :) !

On découvre au fil de l'histoire la raison qui a poussé chaque élève à participer au cours de cuisine de Lilian, un groupe attachant, et on se dit que lillian est en fait très seule bien que trés entourée... Quoique la fin fait qu'on peut supposer qu'elle ne resteras pas seule !?!



L'avis de nos blogs partenaires :

D'autres avis :