dimanche 14 avril 2013

"Le caveau de famille" de Katarina Mazetti

Heberger image
Editions Babel Poche
237 pages
La suite de :  "Le mec de la tombe d'à coté"...
  
 




Après l'immense succès du Mec de la tombe d'à côté, nous sommes des centaines de milliers de lecteurs à nous demander ce qu'il advient de Désirée, la bibliothécaire, et de Benny, le paysan. Elle dévore avec autant d'ardeur les livres et les produits bio, lui élève des vaches et n'imagine pas qu'on puisse lire «de son plein gré». Pourtant, ils se sont promis trois essais pour avoir un enfant ensemble. Si cela ne donne rien, c'est terminé pour toujours. Et si ça marche...

Comme le disait un critique littéraire suédois : «Le quotidien tue l'amour, la vie de famille l'enterre.»
C'est gai. Bienvenue dans le caveau de famille !

Note de Sybelline
 7
/ 10

Ce second tome m'a bien plu, alors que le 1er  je l'avais trouvé très compliqué et peinais à le finir.
Ce tome est pleins de petits paragraphes, Désirée et Benny y parle de leur vie, chacun à leur tour - en début de chapitre il est noté leur prénom pour qu'on sache qui parle ? (ça aide).

J'aime le ton de l'écriture, c'est très agréable à lire, beaucoup d'humour, On pourrait dire que c'est du cidre (pétillant) coupé avec de la "gnôle" (déchirant) lol.

Pas simple la vie paysanne, nous découvrons le quotidien d'une femme à la ferme, une Désirée débordée, Benny de même, elle a du mal à concilier son travail de bibliothécaire et la ferme, Benny s'angoisse pour leur avenir, leurs finances...

Ils n'ont pas la même vision de la vie de couple : Benny veut une femme à la maison et Désirée veut pouvoir travailler à l'extérieur.

Beaucoup de courage et d'amour...
Non non je ne vous en raconte pas plus...


> une ferme suédoise...


D'autres avis :

mercredi 10 avril 2013

"Bifteck" de Martin Prévost

Editions Phebus
125 pages



Chez Plomeur, à Quimper, on est boucher de père en fils. En pleine Première Guerre mondiale, le tout jeune André se découvre un don pour faire " chanter la chair " - et pas n'importe laquelle : celle des femmes, dont la file s'allonge devant la boucherie... Leurs hommes partis au front, celles-ci comptent sur André pour goûter au plaisir suprême. Hélas, le conflit touche à sa fin et les maris reviennent. Un matin, le boucher trouve sur le pas de sa porte un bébé gazouillant dans un panier en osier. pais un deuxième. un troisième... Du jour au lendemain, le. voilà père de sept enfants., et. poursuivi par un époux jaloux décidé à lui faire la peau. Avec la chair de sa chair. André s'enfuit à Concarneau et affrète un bateau. Direction l'Amérique !


Martin Provost est un réalisateur et un auteur français. Né à Brest en 1957, il est d’abord comédien pendant une dizaine d’années, dont sept comme pensionnaire à la Comédie-Française. Réalisateur du film "Séraphine" récompensé en 2009 par 7 oscars.

Note de Sybelline
 7
/10


Apres "l'École de la nuit" de + de 500 pages, il me fallait un petit livre sympa, et ce petit livre ne m'a pas déçu. Cette fable Rabelaisienne est exquise en effet ! Je l'ai dévoré en 2 jours à peine (4 trajets train).
Qu'en dire ? je n'aimerais pas vous gâcher sa découverte.
C'est drôle, touchant, déconcertant. Amour, sensualité et sacrifice.
Détente assurée.

dimanche 7 avril 2013

"L'ecole de la nuit" de Déborah Harkness

LECTURE EN COURS
Editions Orbit
547 pages

Ce livre est le second tome du "Livre perdu des sortilèges",
Mon avis sur le tome 1> ICI




Nous retrouvons Diana et Matthew dans le Londres élisabéthain du XVIè siècle, un monde d’espions et de subterfuges. Ils y rencontrent de vieux amis de Matthew, et surtout la mystérieuse École de la Nuit. Diana va devoir trouver une sorcière capable de lui enseigner la magie ; quant à Matthew, il sera contraint d’affronter un passé tumultueux qu’il aurait préféré oublier, et le mystère de l’Ashmole 782 va s’intensifier.

"Puis vinrent la fuite et le passé"


Note de Sybelline
 
8/ 10


J'ai retrouvé Diana et Matthew dans le passé avec grand plaisir, tout ce contexte historique, avec soif de savoir comment Diana va découvrir ses pouvoirs et les utiliser... Savoir s'ils vont retrouver le livre et connaître les dangers de cette époque Elisabethaine.... 

Toutefois l'approfondissement de leur relations d'époux - colères et réconciliations sur l'oreiller, jalousies, détails sur leurs ébats amoureux - cela m'a plutôt déplu ("50 nuances de grey" n'est pas pour moi... lol).   


- Au commencement étaient l'absence et les désir, au commencement étaient le sang et la peur, chuchotai-je.
- Au commencement était le livre perdu des sortilèges, répondit le Temps dans un écho venu des origines du monde et qui illumina les filaments bleus et dorés rampant contre les parois de pierre de la salle.
J'ai trouvé que l'histoire se traînait en "banalités" (trop de descriptions de leur quotidien... à mon goût ) même si en effet la vie de sorcière et de vampire au 16ème siècle n'est pas banale... Je regrette le trop de descriptif et pas assez d'action, bien que les scènes d'action soit spectaculaires (le combat entre Matthew et son père, lorsque la soeur de Matthew et l'un de ses amis s'attaquent à Diana... )...  

Les personnages de ce second tome sont incroyables, les liens les unissant les uns aux autres y sont très intéressants : les Clermont/Roydon, les membres de l'Ecole de la nuit, Annie et le petit Jack, Rodolphe, la Reine, les sorcières du corven... et bien d'autres...


Je n'en dirais pas plus, je veux éviter de trop "spoiler"... il faut le lire...

Hâte de lire le 3ème tome, en attendant je vais lire d'autres choses moins sombres :)
Je n'ai pas l'habitude de lire des histoires de vampires et de sorcières...
Je retourne à ma littérature classique mais pas pour longtemps car une lecture sur les zombies est prévue :)


D'autres avis :

"Des fleurs pour Alguernon" de Daniel Keyes


Editions J'ai Lu

252 pages

Je vous reparle de ce livre que j'ai lu en 2010, ayant regardé le film ce jour (loué à la médiathèque), l'occasion de faire une chronique plus complète pour vous le faire découvrir ou re-découvrir cette oeuvre. 



Algernon est une souris blanche de laboratoire dont les capacités intellectuelles ont décuplé grâce à une expérience scientifique. Deux chercheurs tentent alors d'appliquer leur découverte sur un être humain.

Charles est un attardé mental de 32 ans. Il est employé comme homme de ménage dans un lycée. Rejeté par sa famille, objet de plaisanteries, et voulant à tout prix devenir "intelligent", Charles accepte de devenir ce premier cobaye humain et subit cette intervention. Il apprend à lire, à écrire, devient peu à peu intelligent, puis très brillant.

Il découvre l'amour avec Alice, sa prof de piano.
Mais cette évolution intellectuelle ne s'accompagne pas d'un développement affectif.


Note de Sybelline
 
7 / 10



Avoir un enfant pas comme les autres, "attardé" comme on dit, ce n'est pas simple... 
Qui en souffre le plus ?
- les parents qui mettent tout leur espoir en cet enfant et sont déçus ne n'en voir aucuns se concrétiser ?
- l'enfant qui ne s'en rends pas compte sauf au travers des yeux de ses parents ?
Un enfant ne demande qu'attentions, protection et amour...



Cette oeuvre apprends beaucoup sur la 'différence', sur ce qu'être 'normal' ou pas... Cette notion de QI, de qui est intelligent ou ne l'est pas ! Certes Charlie au départ est bien démuni de tout cela mais en est-il malheureux ?!? Certes il aimerait être intelligent, il se dit que ce serait bien et quand il le devient, tout devient - ou presque possible... Il en est fier.

Sauf que ce que voulait Charlie, c'est être ordinaire et pas extra-ordinaire... Juste être "normal", comme tout le monde.... L'expérience va le rends TRES intelligent... Mais tout va déraper...

Le personnage est très attachant, tout cela amène à une grande réflexion sur l'handicap mental.

J'ai préféré le lire plutôt que voir le film, c'est bien plus touchant. Julien Boisselier qui jour Charles est très convaincant. Bravo, c'est un rôle difficile, la transformation est étonnante.