samedi 16 novembre 2013

"Une année studieuse" de Anne Wiazemsky




Titre du roman : Une année studieuse
Auteur :  Anne Wiazemsky
Nombre de pages :  272
Éditeur : 
Editions Folio
Date de parution : 2012

Genre : Biographie
Dans ma bibliothèque : oui
Prix et lieu d'achat : Achat point RELAY
Date de lecture : novembre 2013

  
Note de Sybelline
08/10



«Un jour de juin 1966, j'écrivis une courte lettre à Jean-Luc Godard adressée aux Cahiers du Cinéma, 5 rue Clément-Marot, Paris 8e. Je lui disais avoir beaucoup aimé son dernier film, Masculin Féminin. Je lui disais encore que j'aimais l'homme qui était derrière, que je l'aimais, lui. J'avais agi sans réaliser la portée de certains mots.» 

L'auteur ?

Petite fille de l’illustre François Mauriac, elle débute en 1966 dans le film ‘Au hasard de Baltazar’ de Robert Bresson, sorte de conte sur la vie d’un âne maltraité par les hommes. Elle épouse Jean-Luc Godard en 1967. Leur association à la ville se fait également à l’écran avec ‘La Chinoise’, ‘Week-end’, ‘Sympathy for the Devil’ et ‘Vents d’Est’ en 1969. Elle tourne aussi pour Serge Moati, dans le ‘Train’ de Pierre Granier-Deferre, pour Robert Enrico ou dans ’Rendez-vous’ d’André Téchiné en 1985. En 1988, après son dernier film, ‘Ville étrangère’ de Daniel Golsmith, la passion pour l’écriture la rattrape et elle publie son premier recueil de nouvelles, intitulé ‘Des filles bien élevées’, puis un premier roman, ‘Mon beau navire’ en 1989. Suivent ‘Marimé’ et ‘Album de famille’. La première vraie reconnaissance vient avec ‘Canines’, récompensé par le prix Goncourt des lycéens, et elle reçoit cinq ans plus tard le Grand Prix du roman de l’Académie française pour ‘Une poignée de gens’, adapté au cinéma sous le titre de ‘Toutes ces belles promesses’, dont elle signe le scénario, en 1996. Elle publie encore ‘Sept garçons’, ‘Aux quatre coins du monde’ en 2001 et ‘Je m’appelle Elisabeth’. En 2003, elle réalise un documentaire, ‘Les Anges de 1943, histoire d’un film’, et signe encore ‘Marc Bodard, un destin’. En 2007, Anne Wiazemsky revient sur son passé avec ‘Jeune fille’, roman autobiographique dans lequel elle raconte le rapport de force qui l’opposa au cinéaste Robert Bresson.

Interview :






L'auteure nous raconte sa rencontre avec Jean-Luc Godard, 17 ans les séparent, elle a 19 ans, elle est mineur, nous sommes en 1966... Anne Wiazemsky est la petite fille d'un prince russe et de François Mauriac et Jean-Luc Godard un cinéaste célèbre, elle est alors encore étudiante, elle est un peu comédienne aussi. L'amour va les unir...

On est alors plongée dans le quotidien parisien de Jean-Luc et de Anne, pas facile de vivre une histoire d'amour lorsqu'on est mineure dans les années 60 et surtout lorsqu'on vit une histoire d'amour avec un cinéaste connu et reconnu par les étudiants, relation non acceptée par sa famille...  

Elle nous raconte ses rencontre et amitiés avec Antoine Gallimard et son grand ami révolutionnaire sénégalais Omar Diop, le chef opérateur si ours Raoul Coutard, Robert Bresson, Jean-Pierre Léaud, François Truffaut, Bernardo Bertolucci et le critique Michel Cournot. On est alors avec eux sur le tournage de "La chinoise" (Pékinoise ?), le festival d'Avigon... ou encore chez Jeanne Moreau. 

Toute une époque, tout un symbole.


Anne Wiazemsky, Jean-Pierre Léaud et Juliet Berto
La chinoise de Jean-Luc Godard - Prix spécial du jury, Venise 1967

Quelle agréable lecture, cela se lit très bien, une plongée dans le monde du cinéma des années 60, très intéressant ! 

L'auteure pose ses souvenirs là, tout simplement. C'est frais, c'est joli, attendrissant, j'ai beaucoup aimé.


D'autres avis :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire