samedi 31 janvier 2015

"Mal dans la peau" de Ghislaine Bizot




Titre du roman : 
 Mal dans la peau
Auteur : Ghislaine Bizot
Nombre de pages :  210
Éditeur : Éditions calepin
Date de parution : 2013
Genre : contemporain
Dans ma bibliothèque : oui
Date de lecture : janvier 2015 
Note de Sybelline : 08/10


 





  
L'histoire
Marie et Carole, deux amies d'enfance originaires de Lille, se trouvent séparées quand Carole part vivre avec son mari Fabrice dans un petit village retiré de l'arrière-pays niçois. Elles décident alors de s'écrire, mais au cours de ces échanges, la Carole que Marie connaissait si bien semble peu à peu s'effacer... Que lui arrive-t-il et quel secret cherche-t-elle à cacher derrière ces mots si minutieusement pesés ?

L'avis de Sybelline


Une fois de plus je colle à l'actualité. Il y a eu récemment la diffusion du film 'L'emprise' sur une chaîne publique, l'histoire d' Alexandra Lange, femme battue acquittée pour le meurtre de son mari, les médias ont donc beaucoup parlé de la violence conjugale, sujet grave et urgent - "En France, une femme sur dix déclare avoir subi des violences conjugales" (source : www.stop-violences-femmes.gouv.fr/). Et beaucoup trop en meurent..

Suite à la présentation de ce roman par Régine de l'association LIRE C'EST LIBRE et à la venue de l'auteure au 1er salon littéraire à la mairie de Paris 7éme le 31.01.2015 > on y était, on vous en parle ICI. > Je me suis empressée d'acquérir ce roman et je l'ai littéralement dévoré. 

Je ne suis pourtant pas fan des romans épistolaires = une correspondance fictive entre les personnages d'un roman - Dans ce roman, cela ne m'a pas dérangé !  (peut-être que je vais m'atteler prochainement à réessayer de lire "Le Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates" que j'avais abandonné en cours de lecture). 
Pas de connexion Internet, pas de téléphone, d'où la correspondance écrite : il y a les échanges entre Carole et Marie, et il y a les échanges entre Carole et ses parents à qui elle ne dit rien.

Extrait :
«Fabrice aime Carole. Carole aime Fabrice. »

Ce moyen de récit permet de comprendre le cheminement de Carole, les contradictions dans le récit des faits...  Carole est dans le déni, elle accepte l'inacceptable, aveuglée par son amour, voulant croire à son couple... Marie va peu à peu percevoir le mal-être, le par-être (paraître) et comprendre que sa meilleure amie lui ment et surtout se ment à elle-même...  Peu à peu la violence et la peur transparaît dans les écrits de Carole et l’inquiétude dans ceux de Marie.

DEDICACE
Merci à l'auteur pour ses mots
 31.01.2015

Extrait :
"Paraître et être. Elle a toujours pensé qu’il faudrait mieux écrire «Parêtre» puisque paraître n’est qu’une protection de l’être. Elle doit se taire, ne pas dire son émotion. Cacher.  "
J'ai aimé les petits paragraphes en italiques qui amènent du poids et de l'épaisseur aux sensations de Carole. 

J'ai beaucoup aimé ce roman traitant d'un sujet actuel et grave, la lecture est agréable, avec des mots simples, un déroulement crescendo... On a envie d'aller chercher Carole, de lui dire : PARS VITE !
La violence est inacceptable dans le couple/la famille, la violence s'insinue dans la sphère intime, elle est vite quotidienne et détruit directement l'être... Il ne faut pas la laisser s'installer même un peu (pas si évident)... Lorsqu'il est question d'amour et de liens intimes,  l’asservissement peut facilement se faire, les rabaissements, les disputes, les mots... Les maux !!!! 

LA VIOLENCE NE DOIT PAS EXISTER DANS LE COUPLE 
(et même ailleurs). 

Lorsque les mots violents arrivent, comme des 'claques verbales', il faut s’alarmer... Soyez vigilants. Un roman peut aider, le dialogue est important !
Les mots pour éviter les maux...

Pour aller + loin > Interview de Ghislaine Bizot par Ludovic Grignion - Chroniqueur littéraire de  Lire c’est libre.

1 commentaire:

  1. Je n'ai pas pu voir le film, mon chéri ne voulait pas, il ne veut jamais regarder les films qui me font envie. Mais peut-être que je lirais ce livre, tu me fais envie, et l'échange épistolaire me plaît assez :)

    RépondreSupprimer