dimanche 5 avril 2015

[ciné] Suite Française





Date de sortie (1h47min
Réalisé par Saul Dibb
Avec Michelle Williams, Kristin Scott Thomas, Matthias Schoenaerts





Été 1940. France. Dans l’attente de nouvelles de son mari prisonnier de guerre, Lucile Angellier mène une existence soumise sous l’oeil inquisiteur de sa belle-mère. L’arrivée de l’armée allemande dans leur village contraint les deux femmes à loger chez elles le lieutenant Bruno von Falk. Lucile tente de l’éviter mais ne peut bientôt plus ignorer l’attirance qu’elle éprouve pour l’officier…


Le roman :
Suite Française est une adaptation des écrits de l'auteure Irène Némirovsky décédée avant la fin de la Seconde Guerre mondiale à Auschwitz en 1942. Celle-ci avait durant plusieurs années et malgré le manque de papier, rédigé un roman en plusieurs parties, qui est resté caché durant 50 ans. Sa fille, Denise Epstein, a gardé pendant tout ce temps une valise confiée par son père, qui contenait plusieurs romans écrits de la main de sa mère (qu'elle croyait être des journaux intimes, c'est pourquoi elle n'a jamais pensé les ouvrir). Le roman une fois publié sous le nom de "Suite Française" en 2004 a connu un grand succès et a reçu le prix Renaudot. 

Denise Epstein a pris soin de retranscrire les écrits de sa mère durant deux longues années. Malheureusement, celle-ci n'a pu assister au tournage puisqu'elle est décédée deux mois avant qu'il ne débute.

Le film a été tourné en pellicule 35 mm, alors que la plupart des réalisateurs d'aujourd'hui utilisent le numérique en raison d'un coût moins élevé. Cependant, avec un budget de 15 millions de dollars, le metteur en scène Saul Dibb n'a pas hésité à chercher de la pellicule chez tous les fournisseurs Fuji du monde qui se font rares aujourd'hui, afin d'offrir une image moins lisse à son long-métrage. 

La productrice Andrea Cornwell précise : "C’est un livre complexe avec un grand nombre de personnages. Il était inadaptable tel quel. Nous avons essayé de rester le plus fidèle possible à l’esprit du texte. Toute l’équipe, en particulier Michelle Williams, s’est servie du roman comme d’un guide d’interprétation des personnages et de leurs motivations. Il était toujours à portée de main."

Le village de Bussy dont parle l'écrivaine dans son roman n'existe pas. En revanche, celle-ci s'est inspirée du village dans lequel elle s'est réfugiée durant l'occupation qui s'appelait Issy-L'Evêque, situé en Bourgogne.

Source : Allociné
Mon avis :

Film vu hier et... Magnifique ! 

Le décor d'un village française sous l'occupation allemande est bien respecté, on sent qu'il y a la recherche de cadrer le mieux à la réalité.
Les images sont superbes, les acteurs sont juste ce qu'il faut, avec la candeur nécessaire, le courage et le désespoir.

Michelle Williams est lumineuse en jeune fille dont le mari est parti à la guerre, elle vit avec Kristin Scott Thomas, une belle-mère acariâtre si sombre. Matthias Schoenaerts est torturé, il est officier allemand, compositeur avant la guerre, il s'installe chez elles... Un lien particulier et fort va naitre entre Lucile et l'officier...

Eh oui, les allemands se sont retrouvés eux aussi au sein d'une guerre, certains ont dû suivre malgré tout, accepter la violence et la cruauté... 
Dans cette histoire sentimentale, c'est un allemand sensible et avec des valeurs humaines... Il reste malgré tout l'ennemi, l'envahisseur.

Les regards et les non dits sont beaucoup utilisés, les sentiments sont suggérés... On ressens bien les conflits internes des personnages, les contradictions, les avancées et les reculs... Face à ce qui se fait ou ne se fait pas, ce qu'ils sont ou ne sont pas, ce qu'ils devraient faire et ne font pas.


Un bon casting, une belle histoire et un cadre historique. 
De la sobriété, juste ce qu'il faut !

2 commentaires:

  1. Je t'ai nominé au Very Inspiring Blogger’s Award : http://leslecturesdecristy.blogspot.fr/2015/04/very-inspiring-bloggers-award.html !

    RépondreSupprimer