samedi 16 mai 2015

Je ne souffrirai plus par amour de Lucia Etxebarria

Titre : Je ne souffrirai plus par amour
Auteur : Lucia Etxebarria
Nombre de pages : 334
Éditeur : Editions 10/18
Date de parution : Janvier 2015
Genre : Psychologie
Dans ma bibliothèque : oui
Date de lecture : mai 2015
Note de Sybelline : 07/10
 





  
L'histoire 


Et si l'on en finissait avec la tyrannie des sentiments ? Décidée à ne plus souffrir par amour, Lucia Etxebarria vole dans les plumes de Cupidon et tord le cou, avec un enthousiasme communicatif, à la dépendance émotionnelle et au grand mythe occidental de l'Amour Eternel ! D'Anna Karénine à Carrie Bradshaw, d'Œdipe aux héros de sitcoms, aucun stéréotype, aucune idée reçue ne résiste à l'humour dévastateur de cette impertinente magicienne du cœur. Bien plus qu'un essai féministe et engagé, Lucia Etxebarria signe un livre-thérapie décapant où l'on apprend enfin à ne plus souffrir inutilement par amour.

L'avis de Sybelline :


Avec des exemples, des anecdotes et des résultats d'études, l'auteur nous parle de la dépendance affective, de ses mécanismes amorcés durant l'enfance, de ses conséquences... Il est question du danger de la manipulation, des schémas qui ont tendance à se répéter.

SI TU N ES PAS HEUREUSE DANS UNE RELATION, C'EST QUE CETTE RELATION N EST PAS FAITE POUR TOI.
Un point c'est tout. (page 137)

L'auteur décortique les relations amoureuse selon les différents types : "évitants", "anxieux" et "sûr de lui"...

Je me retrouve assez dans le caractère dit anxieux, cet être qui se demandant si son partenaire l'aime vraiment, par crainte de l'abandon. Bien que, à force de travail sur moi-même j'exacerbe beaucoup moins mes émotions, j'aspire moins à une relation passionnée. L'anxieux doute de lui-même... Eh oui je vis difficilement les conflits... Si vrai...

L'amour co-dependant est si destructeur, à éviter.
"Un amour sain et constructif n'accepte pas, n'encourage pas,  la vampirisation par l'autre. il repose sur un partage d'expériences favorisant le développement de la personnalité de chacun. L'amour ne doit provoquer ni souffrance, ni désarroi, mais joie de vivre. Il se construit et se perfectionne sans cesse. Quand on aime, l'autre est important mais ne doit pas devenir indispensable. En d'autres termes, on pourrait vivre sans lui, masi on préfère vivre avec lui." (page 170)
On ne peut vivre en couple que si on est capable de vivre seul.
Bien sûr ! Il faut apprendre à aimer la solitude,

L'auteur nous parle alors de maltraitance psychologique, de la manipulation, de la possession, de l'emprise. Les victimes n'identifient pas forcément tout cela, elles souffrent de dépendance affective et elles sont la proie idéale des pervers narcissiques qui profitent de leur vulnérabilité.

> Comment identifier le partenaire qui nous corresponds ?
Il y a des questions à se poser pour le savoir... 
(là j'ai cornée la page .. très intéressent)

> 10 commandements pour être heureux.
Très utiles :)

Chapitre II - renforcer son estime de soi (essentiel)

S'accepter, s'estimer, se revaloriser... Se sentir bien. Reconnaitre ses qualités et ses succès au même titre que ses échecs et ses erreurs (page 289). Ne pas ressasser le passé et les souffrances, tirer des leçons des expériences, des bonnes comme des mauvaises.

L'auteur nous donne des clefs pour être heureux, grandir et être libres. Nous disant qu'il est plus facile d'être déprimé qu'heureux, sortir d'une dépression réquérant beaucoup d'énergie. Nous avons tous la capacité de nous relever pour aller de l'avant (page 291). Une capacité de "résilience".

L'auteur finit par parler de la télévision = drogue dure.
De part qu’elle conditionne nos comportements et nos personnalités.

Conclusion : lecture très intéressante, la quête du bonheur et de la stabilité étant essentielle. Pour ma part j'ai fais du chemin vers cela mais il me reste encore beaucoup à faire.

Il ne suffit pas de comprendre, appliquer est plus difficile.

Je vous conseille vivement ce livre si vous n'êtes pas heureux ou si vous recherchez l'amour ...
Surtout si vous enchaînez les histoires qui finissent mal...


 
D'autres avis

    Aucun commentaire:

    Enregistrer un commentaire