dimanche 27 mars 2016

Nuit de septembre d'Angélique Villeneuve

Lecture en cours

Titre :  Nuit de septembre
Auteur : Angélique Villeneuve
Nombre de pages : 160
Éditeur : Editions Grasset
Date de parution : Mars 2016
Genre : Témoignage
Dans ma bibliothèque : oui 
Date de lecture : Mars 2016
Note de Sybelline : 07/1

Les Editions Grasset m'ont proposé
de lire ce roman,.

Je pense que c'est en lisant ma chronique sur "Camille mon envolée" car ce roman est sur le même sujet. 
 
L'histoire  

« Tu as perdu ton fils il y a quelques semaines. Une nuit, il s’est tué dans sa chambre, au premier étage de votre maison. Au matin à huit heures, avec son père tu l’as trouvé. Alors, à voix basse, tu lui parles. Tu lui demandes s’il se souvient de ça quand tu vois des choses belles. »

Par-delà la souffrance qu’elle porte en elle, Angélique Villeneuve refuse d’être réduite au statut dramatique de mère d’un suicidé. La perte est insurmontable, la douleur, définitive, mais la vie, elle, continue. Le quotidien, l’amour et le sourire. Les projets et les rencontres, les surprises et les désirs. De façon lumineuse et simple, poétique et profondément sensible, Angélique Villeneuve dit l’après : comment exister avec et sans celui dont on respecte silencieusement le choix d’être parti. Comment exister avec les autres, les vivants, comment leur dire, à travers ce livre, toute la beauté du monde ?



L'avis de Sybelline

L'emploi du "Tu" est à double tranchant, cela met le lecteur à témoin, le "Tu penses ceci.. tu fais cela"... Du coup, je n'ai pas réussi à entrer dans la peau de cette maman dont le fils s'est suicidé.

J'ai eu beau essayé de ne pas comparer avec "Camille, mon envolée", je n'y suis pas arrivé.

Certes, ces deux auteurs n'ont pas du tout la même façon de raconter leur ressenti. Ici, c'est une écriture très imagée, truffée de métaphores. Oui, c'est plein de sensibilité mais je n'ai pas retrouvée la tendresse de "Camille, mon envolée".

De plus, ce roman ne raconte que l'après perte d'un enfant...Le travail de deuil intérieur, et donc le "Tu" m'a dérangé.

C'est toujours très difficile de lire un roman sur la perte d'un être cher. C'est en effet, un roman qui peut aider les parents qui perdent un enfant.

J'ai aimé les petits paragraphes courts qui ont allégé le sujet grave du roman et rendu ainsi la lecture plus facile.

Angélique Villeneuve a très bien décrit tout ce qu'elle ressentait, elle a su mettre des mots sur sa souffrance - de l'enterrement jusqu'au moment où la vie reprends son cours peu à peu... même si rien ne peut être comme avant...

Extrait :
"...car tu n'es plus un auteur, une amie, une voisine... tu n'es même plus une femme. Tu es la mère d'un suicidé, la mère d'un enfant mort, tu n'es qu'un torrent noir aux rives affolantes. Rien d'autre." (Page 37)

  
Partage sur les sites suivants :
  1. Livraddict  oui
  2. Babélio  oui 
  3. Libfly  
  4. booknode

    4 commentaires:

    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      RépondreSupprimer
    2. Merci Sybelline de votre lecture.
      Je vois que vous n'être pas tout à fait convaincue par ce texte. Je respecte bien entendu vos réserves, c'est le jeu lorsqu'un livre parait, quel que soit son sujet, le cœur et le sang qu'on y met. Sincèrement, c'est très bien que vous puissiez le faire!
      A bientôt peut-être malgré tout, merci encore de m'avoir lue
      angélique villeneuve (qui a retapé son message à cause d'une faute de frappe ;-)

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Bonjour, merci de votre commentaire. J'ai eu du mal oui mais comme je l'explique j'ai lu un livre récemment qui parle aussi de la perte d'un enfant et.. de ce fait, la lecture etait difficile. Je vous relirai avec plaisir mais avec un autre theme de roman :) livresquement.

        Supprimer