samedi 3 septembre 2016

In my mailbox (2016-23)


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie, et repris par Lilie qui a fermé son blog, c'est donc de nouveau repris par le blog "Lire et mourir" tous les dimanches , chez qui sont regroupés tous les participants. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.



Achat discount, pochette tablette - qui va me servir de protège 
livres pour transporter mes livres un peu partout sans les abîmer

+

achats à la foire aux oignons, Le Mans 72




L'homme qui ne voulait pas  quitter sa vallée de Philippe Régniez
L'homme des villes a longuement observé l'homme des champs. Entre eux, tout a fait lien : l'alternance de méfiance et de confiance, les silences, la solitude. Une solitude observée qui n'en est plus tout à fait une. Une quête de l'autre, le rappel permanent à la loi de la survivance : le monde des villes et le monde des champs se regardent. Ce roman est un conte de la fraternité silencieuse, celle de la finitude inscrite en chacun de nous, que l'on tente sans cesse de déjouer mais que ramènent fidèlement les cycles des saisons, le bruit du vent dans les branches, les crépuscules que l'on attend, côte à côte. 
 Vanille ou chocolat de Lee Stringer
Dans l'Amérique des années soixante, Lee est un enfant noir, pauvre et sans père, il grandit dans une banlieue aisée de New York majoritairement blanche où il apprend vite que le monde n'accueille pas les vanilles ou les chocolats de la même manière. Sa différence lui pèse, la douleur et la colère grandissent en lui jusqu'à ce qu'il se retrouve dans un établissement «spécialisé».
 Contre-enquête sur la mort d'Emma Bovary de Philippe Doumeng
Elle s’appelle Emma Bovary et son histoire est célèbre. Amoureuse de l’amour, elle a vécu d’illusions, trompé son mari et ruiné son ménage. Dans un geste de désespoir, elle se tue en absorbant une forte dose d’arsenic – c’est du moins ce que prétend Flaubert. Or c’est un fait reconnu que l’arsenic, en une seule prise, n’est presque jamais mortel…
Voici ce qui s’est réellement passé : au chevet de la jeune femme, deux médecins ont été appelés. L’un relève des traces discrètes de contusions ; l’autre pourra témoigner des derniers mots chuchotés par Emma : “Assassinée, pas suicidée.” Deux policiers de Rouen sont dépêchés àYonville afin d’élucider l’affaire. Et voilà bientôt plusieurs suspects : un mari cocu, un prêteur sur gages, deux femmes de caractère, un cynique libertin, un pharmacien concupiscent…
Dans le décor médiocre et petit-bourgeois où Emma suffoquait d’ennui, Philippe Doumenc orchestre une contre-enquête brillante et talentueuse qui nous révèle enfin ce que Flaubert lui-même feignait d’ignorer.

Fric Frac de Patrick Rambaud
Vous avez fait blinder votre porte ? Mes pauvres ! Toutes les deux minutes, en France, un voleur s'introduit dans un appartement. Tremblez pour vos tiroirs et vos économies cachées : il est une fois un honnête serrurier et un chômeur filou. Le malheur veut qu'ils se rencontrent, et trouvent un certain plaisir à casser des portes. Ah ! si vous saviez ce qu'on découvre chez les autres lorsqu'ils sont absents... Et lorsqu'ils sont présents ? On commence tranquillement dans une rue de Paris et on se retrouve comme un rien à Rome ou à Bangkok, en prison...


Troublé de l'éveil d'Emmanuel Pierrat
Emmanuel Pierrat dort deux heures par nuit, sans éprouver la moindre fatigue. Selon les médecins, il est «troublé de l’éveil». Il réalise sans le vouloir le fantasme de tous ceux qui courent après le temps. Avocat, romancier, essayiste, traducteur, collectionneur d’art, éditeur : ses longues journées et ses nuits presque blanches lui laissent le loisir d’exercer dix métiers et de concrétiser mille projets. Mais à quel prix ? Rester éveiller alors que tout le monde dort le place aux marges de la solitude en le contraignant au secret. Dès l’enfance, il a fait la fortune des marchands de lampes de poche pour lire jusqu’à l’aube en cachette. Et sa vie est à l’image de ses premières lectures : à moitié clandestine. Ce récit dévoile la part lunaire de son étrange existence. Il ne s’en était jamais ouvert.
 Twist de Delphine Bertholon
 Avant de monter dans sa voiture, j’ai hésité mais pas longtemps, et puis j’ai répondu : « D’accord ! ».
Ce « D’accord », je voudrais le froisser dans ma main comme un papier gras qu’on jette à la poubelle. Maman me l’avait assez répété, de ne pas parler aux inconnus, de faire attention avec tous ces « détraqués » qui courent dans la nature mais là, pas une seconde ça ne m’avait traversé l’esprit. A cause de la bonne tête de R. avec sa chevelure d’éponge, sa voiture brillante, la jolie chatte à trois couleurs dans la petite caisse, l’orage dément qui me coulait dessus et surtout – surtout – à cause de Stanislas.
 +
1 livre au bric a brac

J'étais là avant de Katherine Pancol

Elle est libre. Elle offre son corps sans façons. Et pourtant, à chaque histoire d'amour, elle s'affole et s'enfuit toujours la première.
Il est ardent, entier, généreux. Mais les femmes qu'il célèbre s'étiolent les unes après les autres.
Ces deux-là vont s'aimer. Il y a des jours, il y a des nuits. Le bonheur suffocant. Le plaisir. Le doute. L'attente. Mais en eux, invisibles et pesantes, des ombres se lèvent et murmurent : J'étais là avant.
Des mères qui les ont aimés ou trahis, qui ont rêvé, souffert, espéré. Des mères qui vivent encore en eux et les empêchent d'aimer. On n'est jamais tout seul dans une histoire d'amour.
On est tous les autres et toutes les autres qui ont aimé avant nous.
J'étais là avant est le roman d'une femme qui se libère de ses démons. Qui nous libère de nos démons..

ET VOUS ?

2 commentaires:

  1. C'est super intéressant l'idée de la pochette des tablettes :)
    Je te souhaite de bonnes lectures !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. cc oui une blogueuse m'a donné cette ide, c vrai qu'une pochette de tablette peut contenir les grands ET petits formats de livre et bie protéger du coup :) merci

      Supprimer